La CNEP et ses syndicats affiliés se positionnent sur l’application du protocole de déconfinement national applicable aux métiers de la Beauté et du Bien-être

RAPPEL DES TEXTES EN VIGUEUR

Le ministère du Travail vient de publier une nouvelle version du Protocole National de Déconfinement en entreprise qui se substitue au précédent. La situation sanitaire est en voie d’amélioration significative. Si cette situation permet d’envisager un assouplissement des conditions sanitaires de l’activité, elle ne doit pas conduire à relâcher la vigilance face à un risque épidémique qui subsiste.

En résumé

Le protocole assouplit les règles applicables sur les lieux de travail et facilite le retour à la normalité de l’activité économique tout en respectant les règles sanitaires actuelles fixées par le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) :

  • Le respect des gestes barrières et de la distanciation physique est le coeur des mesures de protection des salariés
  • Le respect d’une distance d’au moins un mètre entre les personnes devient la norme ; la jauge des 4 m2 est désormais un simple outil qui reste proposé à titre indicatif ;
  • En cas de difficulté à respecter cette distance d’un mètre, le port du masque est obligatoire pour le salarié;

C’est exactement le cas de nos salariés esthéticiennes et Spa praticiennes

  • Le salarié porte un masque lorsqu’il est amené à être en contact à moins d’un mètre d’un groupe social constitué librement de personnes qui ne portent pas de masque.
  • Le télétravail n’est plus la norme, mais il reste une solution à privilégier dans le cadre d’un retour progressif à une activité plus présentielle, y compris alternée.
  • Les personnes à risque de forme grave de COVID-19 qui ne bénéficient pas d’un certificat d’isolement doivent pouvoir télétravailler ou bénéficier de mesures adaptées de protection renforcée.
  • Une attention particulière doit être portée par l’employeur dans l’application des mesures auprès des travailleurs détachés, saisonniers ou à contrat de courte durée
  • Le protocole précise les consignes de prévention des risques de contamination manu- portée ainsi que d’aération ou encore d’élimination des déchets Le protocole rappelle la conduite à tenir en cas de salariés présentant des symptômes de COVID-19 Ce nouveau protocole a vocation à être déployé dans l’ensemble des entreprises dans le cadre d’un dialogue social de proximité.

La position de la CNEP et de ses syndicats affiliés

  • Point N° 1

Nous rappelons que la responsabilité de l’employeur est renforcée du fait de la fin de la situation d’urgence sanitaire prononcée le 11 Juillet. C’est lui et lui seul désormais qui prend la responsabilité de mettre en place les mesures barrières. Il a la responsabilité d’assurer la protection de ses salariés et de ses clients.

Pour mémoire : Quelles mesures l’employeur doit-il prendre pour protéger la santé de ses salariés. Publication du 20.04.20 mise à jour 22.06.20 

  • Point N°2

La CNEP a sollicité l’avis du Comité Scientifique AFNOR SPEC

Avis du conseil:

Les scientifiques soulignent que la responsabilité de l’établissement est engagée en cas de contamination d’autant que la situation d’urgence sanitaire va être levée le 11 juillet. Cette disposition levée, le chef d’entreprise sera seul à assumer les risques de mise en cause devant un tribunal.

Les scientifiques en appellent à la responsabilité personnelle et collective et à la raison. Ils rappellent que ces dispositifs ont été pris pour assurer la protection d’autrui et en particulier des personnes fragiles. Ils pensent que nous devons envoyer un message clair de sécurité, de responsabilité et de respect à nos clients et à nos salariés.

Ils pensent que nos professions doivent ancrer les bonnes pratiques d’hygiène qui ont été mises en place avec rigueur. Nul ne peut en effet faire l’hypothèse que les risques épidémiques et pandémiques sont définitivement écartés. Bien au contraire, nous devons apprendre à vivre en les maîtrisant.

En clair , et pour suivre le nouveau protocole de déconfinement : Nous ne pouvons pas maintenir dans les soins une distanciation de 1 m. Nous sommes en contact direct avec le visage, les mains, les pieds et le corps.

  • Le port du masque est obligatoire pour les salariés
  • Le port du masque et de la visière reste obligatoire pour toutes les actions entreprises sur le visage et pour la prothésie ongulaire
  • Le port du masque et visière est obligatoire pour les épilations visage
  • Le port du masque et du gant est obligatoire pour toutes les autres épilations
  • Pour les épilations SIF, le port du masque est obligatoire et une désinfection préalable avec une lingette désinfectante virucide est obligatoire
  • Pour tous les soins humides et le vapozone, les mesures de la Norme Afnor SPEC doivent être impérativement suivies
  • Le port du masque est vivement recommandé pour le client
  • Les protocoles de désinfection, de nettoyage et d’aération doivent être obligatoirement suivis
  • Le traitement du linge et des déchets doit être obligatoirement suivi
  • L’information et la formation des salariés est un des facteurs de réussite de ces protocoles

Les fiches sanitaires émises par la branche ne sont plus la Norme. Elles ont été faites pour la reprise d’activité dans le cadre d’un état d’urgence sanitaire. L’urgence sanitaire étant levée, elles n’ont plus lieu d’être.

La Norme SPEC a été conçue comme un Guide de Bonnes pratiques d’hygiène, modulable et adaptable à la situation sanitaire du moment.

C’est ce qui fait sa force et c’est ce qui la rend pérenne. Cette Norme est gratuite et accessible à tous. Il vous suffit de la télécharger:
https://www.boutique.afnor.org/norme/afnor-spec-x50-231/centres-de-beaute-et-de-bien-etre-exigences-et-recommandations-pour-l-hygiene-et-la-prevention-des-risques-sanitaires/article/942221/fa200496

Le virus circule et chaque jour de nombreux clusters se forment. Le secteur des soins de beauté et de bien-être fait partie des professions à risque.

C’est la raison pour laquelle les experts AFNOR ont pris une attention toute particulière à élaborer une Norme pour vous permettre de reprendre vos activités. Gardez bien en tête que le client appréciera votre rigueur et votre professionnalisme.

Faîtes des gestes barrière une force.

Affichez la Norme SPEC. C’est un gage de qualité pour votre institut et votre SPA.